bouton-nos actionsBouton code et reglementslines-utilesrecherche sur le site

 Les droits du piéton en Gironde  (DDP-Gironde)

pour le confort et la sécurité des déplacements à pied et en fauteuil roulant

Un pas de géant vers la sécurité des piétons

Article R415-11 : priorité aux piétons qui traversent

Modifié par  le Décret n° 2010-1390 du 12 novembre 2010 - art. 17


Tout conducteur est tenu de céder le passage, au besoin en s'arrêtant, au piéton s'engageant régulièrement dans la traversée d'une chaussée ou manifestant clairement l'intention de le faire ou circulant dans une aire piétonne ou une zone de rencontre.

Le fait, pour tout conducteur, de ne pas respecter les règles de priorité fixées au présent article est puni de l'amende prévue pour les contraventions de la quatrième classe.

Tout conducteur coupable de cette infraction encourt également la peine complémentaire de suspension, pour une durée de trois ans au plus, du permis de conduire, cette suspension pouvant être limitée à la conduite en dehors de l'activité professionnelle.

Cette contravention donne lieu de plein droit à la réduction de quatre points du permis de conduire

Commentaires

Cet article s'applique à TOUTES les traversées, à plus de 50 mètres de passages piétons, mais aussi aux passages piétons. Le législateur a pris de grandes précautions pour ne pas donner aux piétons un droit absolu tel qu'on le trouve dans de nombreux pays. Il a donc conservé l'obligation faite au piéton de traverser "régulièrement", c'est-à-dire après avoir vérifié qu'il peut le faire sans danger POUR LUI-MÊME, après avoir évalué la visibilité, la vitesse et la visibilité du véhicule à l'approche. C'est beaucoup demander à un piéton enfant, à une personne handicapée par l'âge ou de naissance à évaluer correctement ces trois paramètres. De toute façon, le conducteur qui aurait un accident avec des piétons fautifs appartenant à ces groupes, serait présumé responsable dans le cadre de la Loi Badinter.

Les Droits du Piéton en Gironde demandent aux piétons en pleine possession de leurs moyens physiques ou mentaux de contribuer à la pacification de la circulation en ville par leur comportement exemplaire : ils doivent, après des décennies de soumission à la loi du plus fort, apprendre à exercer leur droit de traverser les chaussées affectées à la circulation automobile avec fermeté mais aussi avec responsabilité, et donc ne pas l'imposer à l'improviste.