Les Droits du Piéton en Gironde lutte pour le confort et la sécurité des déplacements à pied

Lettre Bimestrielle n° 12 - Janvier - Février 2005

 

 

Itinéraire mental d’un déplaceur de voitures…(3eme et dernière partie)

 

(Nouvellement arrivé à Bordeaux un jeune père de famille s’étonne devant l’importance du stationnement des véhicules sur les trottoirs. Il interpelle tout d’abord les automobilistes, mais il renonce à tout écart de langage devant ses enfants. Comment faire ?…et …)

 

 

Et puis, j’ai eu une nouvelle idée. Je n’ai pas osé l’appliquer tout de suite, parce qu’elle m’a paru farfelue. Mais je me suis dit qu’il fallait essayer tout de même. Un jour que j’étais sans enfant et que je vis une voiture en train de se garer en plein sur un passage piéton, je suis allé voir sa conductrice et lui ai très poliment dit un gros mensonge : - « Madame, si je peux me permettre, 3 rues plus loin j’ai vu la police qui mettait en fourrière des voitures garées sur les passages piétons, je tenais juste à vous prévenir, pour ne pas que ça vous arrive à vous aussi ». Et là…miracle ! Elle a repris sa voiture, a quitté le passage piéton, et est repartie en me remerciant vivement de ma gentillesse !!! Du jamais vu ! J’ai fait cela 6 fois en tout, et ai fait déplacer 2 voitures. Un tiers donc. A comparer aux dizaines de discussions animées que j’avais provoquées et aux centaines de papiers que j’avais distribués sur les pare-brise, avec pour résultat 0 voiture déplacée…Outre l’aspect grosse farce, j’ai compris quelque chose que je n’avais pas encore compris : les automobilistes qui font les fiers et les arrogants devant moi, parce que je n’ai aucun pouvoir, pire encore parce qu’ils ont un bien plus grand pouvoir que moi, à savoir leur clé de voiture, qui leur permet à eux et eux seuls de déplacer ou non leur véhicule, face à moi qui ne peut que demander, gesticuler, m’énerver, ces automobilistes qui méprisent oralement toutes les règles du code de la route devant moi, eh bien ils ont peur de la police…Depuis, j’ai de nouveau changé de stratégie. Je me suis fait des petits autocollants blancs sur ordinateur, qui aient l’air le plus officiel possible, et sans aucune signature associative, qui disent simplement « Stationnement gênant. Véhicule à déplacer ». Je me fais le plus discret possible ; ainsi, quand je vois quelqu’un en train de mal se garer, surtout je ne dis rien, je ne le regarde pas, j’attends en regardant une vitrine ou en refaisant mon lacet de chaussure. Et quand il a passé le coin de la rue en laissant sa voiture, je lui mets un autocollant pour qu’à son retour, ne sachant qui l’a mis (un policier ? un vigile ? un commerçant ?,…), il ait PEUR……et sur les 1000 autocollants que j’ai collés depuis 1 an et demi, je n’ai eu que 2 engueulades, car je n’ai été vu que 2 fois…

Mot d’enfant (lu à l’exposition Arc en rêve) : on pourrait changer la ville, on n’a qu’à tous penser que c’est notre maison

 

Édito Itinéraire piéton Anecdotes Ferroutage