Les Droits du Piéton en Gironde lutte pour le confort et la sécurité des déplacements à pied

Lettre Bimestrielle n° 11 - Novembre - Décembre  2004

 

 

Réunion sur les Transports au Conseil Régional (25/11/4) : Notre existence est saluée (ouf !) par M.JL Carrère, vice président, qui, « après avoir reconnu ne pas connaître notre association », s’est engagé à prendre en compte nos observations. Ces dernières portaient essentiellement sur l’accessibilité des transports ferroviaires et des gares pour les piétons en général et surtout pour les moins mobiles d’entre eux : il y a encore beaucoup d’efforts à faire dans ce domaine….(Courrier de présentation des Droits du Piéton adressé le 7/12 à M. Carrère)

 

Sécurité Routière en Ville ( 09/12/2004)

 

Réunion organisée par la Communauté urbaine de Lyon (Grand Lyon) avec des intervenants de différents pays d’Europe ( Grande Bretagne, Pays Bas, Belgique, Suisse, Espagne)

Quelques remarques non exhaustives sur les exposés et les débats :

Pour favoriser les circulations douces et lutter contre la dangerosité des véhicules motorisés, l’accidentologie, la pollution et les difficultés de circulation, les responsables municipaux sont confrontés à l’obligation de modifier l’organisation des déplacements en ville.

L’absence de protection des piétons explique qu’ils soient les usagers les plus vulnérables.

Pas de modification sans une campagne de consultation et d’information sur les dangers voire les amendes pour convaincre de faire adopter les changements de comportements.

Les mesures sont à prendre au plus haut niveau.

Le principe de prudence à faire respecter à l’encontre des piétons, des cyclistes, et autres circulations douces,  incite à la promotion des zones 30 de plus en plus denses, à proximité des écoles, des centres commerciaux, des maisons de retraite, et plus tard des quartiers d’habitation.

On parle aussi d’une nouvelle culture de la conduite auto et autres engins motorisés à propos de la dangerosité de la vitesse, point sur lequel tout le monde est d’accord

Autre grand sujet : on commence à reconnaître l’existence du piéton, focalisés que l’on était par l’avènement de la voiture

Rien ne peut se faire sans l’adhésion de tous, à commencer par les enfants. A leur niveau il faut les inciter à se rendre à l’école à pied, et pour les sécuriser, à l’heure actuelle, il faut favoriser l’accompagnement par des adultes qui se relaient : c’est le pédibus. Un participant a même évoqué l’anibus.

 

Vélos

 

la France est l’un des plus mauvais élèves d’Europe avec l’Espagne et le Portugal

Après tous les exposés et débats il ressort malgré tout un constat : on peut parvenir à une meilleure sécurité routière en ville.

Seul bémol : Lors de sa conclusion et malgré des interventions contraires, Jean Panhaleux, représentant le délégué à la sécurité routière Rémi Heitz, pense qu’un  Code de la Rue n’est pas nécessaire et qu’un simple aménagement du Code de la Route suffira à encadrer les besoins spécifiques des déplacements en ville. En outre il ajoute qu’il ne faut surtout pas légiférer en faveur des uns au détriment des autres. Beaucoup reste donc à faire en France.

Édito Circulation Itinéraire piéton Sécurité routière