Les Droits du Piéton en Gironde lutte pour le confort et la sécurité des déplacements à pied

Lettre Bimestrielle n° 10 - Septembre - Octobre 2004

 

 

Itinéraire mental d’un déplaceur de voitures…

Bien souvent, comme bien d’autres personnes à Bordeaux, j’ai souffert de la présence de voitures indûment garées, sur le trottoir, sur le passage piéton, sur la piste cyclable ou l’arrêt de bus…

Ayant 4 jeunes enfants, me promener, tant bien que mal, dans Bordeaux avec une poussette ou de jeunes piétons est devenue une activité habituelle. Habituelle, mais pas simple quand même. Poubelles obstruant le passage, trottoirs défoncés, crottes de chiens, poteaux de signalisation concernant les automobilistes mais placés sur le trottoir, panneaux publicitaires envahissants, voitures mal garées, plus rien de tout cela n’a de secret pour nous !

 Souvent, j’ai été tenté de changer cet état de fait, mais ce n’est pas facile ! Les trottoirs ne se réparent pas tout seuls, les panneaux publicitaires ne se déplacent pas… et les voitures mal garées sont peut-être encore ce qu’il y a de plus facile à faire déplacer !

Et souvent, muni de ma poussette (garnie), il m’est arrivé d’entamer une discussion avec des automobilistes garés sur notre espace. Au début, plein d’espoir, j’espérais que le simple fait de leur montrer mes difficultés à passer avec une poussette et de jeunes enfants à pied suffirait à les inciter à se garer mieux à l’avenir. J’étais jeune ; je croyais encore en la bonté humaine ; personne ne s’est jamais déplacé, même si certains ont parfois compris notre gêne.

Certaines de ces discussions ont fini en violentes engueulades, bien que je les ai toujours commencées sèchement certes, mais poliment.

Personne ne bougeait donc, mais en plus, pris sur le fait, les automobilistes indélicats se sentaient obligés de se justifier par tous les moyens, même la mauvaise foi. A tel point qu’un jour une dame d’une soixantaine d’années et garée les 4 roues sur le trottoir, m’a rétorqué « Toutes façons, à la mairie, i’z’ont qu’à faire des pistes spéciales pour les poussettes, comme ça on serait plus emmerdés » ! Probablement une urbaniste visionnaire, qui venait de (ré)inventer le trottoir mais ailleurs que sous sa voiture…

 Avec le recul, j’espère que mes enfants n’auront pas trop été marqués, dans leur jeune enfance, par un papa qui s’engueule dans la rue avec des inconnus. (Fin de cet épisode: nous espèrons que Pierre pourra trouver une solution qui sans traumatiser ses enfants lui permettra de rappeler certains automobilistes à un meilleur sens civique : début de réponse dans notre prochain numéro mais vous pouvez aussi, ami lecteur, nous donner votre méthode ou des éléments de réflexion)

Édito Salon du bénévolat Itinéraire piéton News