Les Droits du Piéton en Gironde lutte pour le confort et la sécurité des déplacements à pied

Lettre Bimestrielle n° 3 mai - juin 2003

 

Les piétons prennent le bus…   

A votre avis, quelle est parmi les places de Bordeaux, celle qui est le mieux desservie par bus ?

Quinconces, Victoire, République… ? Eh bien NON ! C’est la place Latule !  

Place Latule ? Mais c’est où ça ? Ah oui, vous savez, la place loin de tout, sous l’autopont, qui jouxte Bacalan, les Aubiers, et le début de la voie rapide… 

C’est un peu bizarre, de desservir si bien une telle place ; d’ailleurs c’est encore plus bizarre, car quand on regarde le plan de bus, seuls certains bus de la ligne 9 y ont un arrêt. Comment donc peut-elle être si bien desservie ?  

Pour le savoir, c’est très simple, il suffit de se poster quelques minutes sur cette place ; outre quelques bus n°9, on voit très vite défiler des myriades de bus ! Des 1 bis, des 4, des T, des SM… Mais que font-ils tous si loin de leurs parcours ? Et bien, ils viennent de tous les terminus (Quinconces, Mériadeck,…) et rentrent au dépôt, avec toujours la même inscription « Dépôt du Lac », ou alors ils le quittent et ont alors noté sur leur fronton le nom du terminus qu’ils rejoignent : « Quinconces », « Médoc »,…  

- « Ah ! Si seulement tous ces beaux bus vides et rapides pouvaient m’emmener, moi qui doit marcher bien loin et attendre mon petit 29 pour aller aux Quinconces… », peut se dire l’usager tout seul place Latule. Eh bien justement, c’est exactement le cas ! Tous ces bus vides peuvent, et doivent, prendre tous les usagers qui les hèlent ! Même si en pratique ils n’en prennent aucun, car personne ne le sait ! ! !  

Imaginez un résident des Chartrons désirant se rendre à la base sous-marine, qu’il regarde une carte du quartier : un bus qui rentre ou revient du dépôt du Lac depuis n’importe quel terminus du centre-ville n’a que deux chemins possibles : cours Émile Counord, place Ravezies, et boulevard Alfred Daney, ou alors cours Portal, cours Balguerie-Stuttenberg, et rue Lucien Faure… Et quel que soit le trajet choisi, ils convergent tous place Latule, à proximité immédiate de la base sous-marine ! Qu’il se place alors le long de l’un ou l’autre de ces 2 parcours, ou mieux à leur jonction place Paul Doumer, le voilà assuré d’un trajet rapide et direct, ce qu’aucune ligne régulière ne permet ! ! !  

Il y a bien sûr quelques règles à respecter pour un bon fonctionnement du système :

se placer à un arrêt de bus, quelle qu’en soit la ligne, car les bus ne peuvent prendre de passagers qu’aux arrêts

valider son titre de transport comme pour un trajet régulier

descendre à un arrêt, car les bus ne peuvent pas déposer de passagers ailleurs qu’aux arrêts  

Et on peut même ajouter deux autres règles de courtoisie :

dire bonjour au chauffeur qui vous prend (vous verrez, quand on n’est que 2 dans le bus, ça vient très facilement, et la discussion qui suit aussi)

lui préciser que vous vous rendez bien à un autre arrêt situé sur son parcours (précisez lequel), car un bus n’est pas un taxi et il lui est interdit de dévier sa trajectoire ou de vous déposer entre deux arrêts.  

Voilà, c’est tout simple ! Même si se placer à un arrêt et héler un bus qui n’est pas celui de la ligne régulière n’est pas toujours évident au début… :

d’abord il peut y avoir des gens surpris, qui veulent vous aider : « Mais non, vous vous trompez, ce n’est pas le bon bus puisqu’il rentre au dépôt ! » ; il vous faudra alors expliquer votre geste aux autres usagers

il arrive que certains chauffeurs ne vous prennent pas, feignant ne pas vous voir ou n’ouvrant pas leur porte… donc il faudra expliquer encore un peu plus aux autres usagers, qui auraient été aisément convaincus par l’arrêt du bus, mais restent évidemment sceptiques s’il ne s’est pas arrêté…  

Pourtant ce système n’a rien de frauduleux, il est tout à fait officiel puisqu’un règlement intérieur de la Connex précise depuis plus de 20 ans que les chauffeurs sont tenus de prendre les usagers qui les hèlent à un arrêt, même quand ils rejoignent ou quittent leur dépôt ! D’ailleurs tous les chauffeurs qui vous prennent (ceux qui refusent sont minoritaires, et en infraction avec leur règlement intérieur), peuvent vous le confirmer : « Oui, c’est vrai, nous devons prendre les gens à condition qu’ils attendent à un arrêt et valident leur titre de transport ». Enfin, précisons que si nous parlions ici du dépôt du lac, il en va bien sûr de même avec les autres dépôts comme le dépôt Lescure, avec cette fois de nombreux bus qui le rejoignent en empruntant les boulevards ou depuis le terminus Richelieu.  

Il ne vous reste plus qu’à tester vous-même ce nouveau système ! Au début, il demande une bonne connaissance des quartiers traversés et un peu d’imagination pour bien visualiser le parcours du bus qui arrive, et peut-être un peu d’audace pour les toutes premières fois… Si vous vous sentez peu à l’aise pour argumenter à l’oral auprès des incrédules, passagers ou conducteurs, n’hésitez pas à vous munir de cet article qui explicite ce système. Et oui, cela permet une desserte tellement optimisée et à toute heure de circulation des bus pour les zones proches des dépôts du Lac et de Lescure qu’on a parfois du mal à réaliser qu’elle est véridique, surtout pour qui découvre que l’attente + correspondance qu’il pratique depuis des années peut se remplacer d’un coup par une desserte directe et plus fréquente....  

Et voilà ! Nous remercions chacun-e d’entre vous qui le peut de tester ce système et nous faire ses remarques, car nous prévoyons de contacter la Connex pour le communiquer plus largement dans la presse à l’occasion du 22 septembre, journée nationale sans voiture, afin d’aider les usagers de bus dans leurs trajets quotidiens…  

 

 

Édito Salon de l'environnement Grand contournement Le bus   Annecdotes